Frézal se refait une santé dans le giron de BGA

C!Print - BGA Group - Frézal Numérique Diffusion - Impression textile - Le 29/10/2021

Trois mois après l’annonce de son intégration au sein de BGA Group, le distributeur de solutions textiles Frézal Numérique Diffusion organisait des journées portes ouvertes dans ses locaux de Toulouse. Une belle occasion de prouver la vigueur retrouvée de l’entreprise, après une longue période d’incertitude. 

 

C’est l’histoire d’une renaissance. Le 20 et 21 octobre derniers, Frézal Numérique Diffusion présentait le panel de ses solutions dans son showroom toulousain. Un évènement encore inconcevable quelques semaines en arrière, après la liquidation judiciaire de l’entité « Alexandre Frézal Numérique » officialisée le 2 juillet 2021.  

UNE RELANCE SOLIDE 

La société occitane a été reprise au cœur de l’été par le fournisseur de solutions textiles BGA Diffusion, qui en a profité pour rebaptiser l’entreprise « Frézal Numérique Diffusion ».  Le repreneur a installé Jérémie Stambak à la direction générale. Le choix de cet ancien de la maison, passé par le support technique de Frézal entre 2007 et 2015, assurait une adaptation éclair à même de remettre l’entreprise sur de nouveaux rails.  

Les activités de Frézal ont ensuite été recentrées exclusivement sur l’impression textile. Une fois la réorganisation complétée, l’entreprise souhaitait faire preuve de son regain de vitalité sous l’impulsion de BGA Diffusion. Les journées portes ouvertes organisées fin octobre ont ainsi été l’occasion de rencontrer une équipe Frézal particulièrement mobilisée et de découvrir les solutions des fournisseurs historiquement liés à l’entreprise, notamment Epson, HP, Mimaki, Roland DG ou encore Sefa.  

Mais Frézal Numérique Diffusion n’est pas la seule entreprise à intégrer le giron de BGA. La société NSP-DTF fait aussi son entrée au sein d’une nouvelle structure qui prend le nom de BGA Group. Le rapprochement des trois entreprises offre ainsi une large gamme de solutions et de consommables pour la personnalisation textile. Frézal Numérique Diffusion apporte son expertise de l’impression numérique (sublimation, DTG, flex) et BGA Diffusion celle de la broderie. Quant à NSP-DTF, elle se spécialise dans la nouvelle technique de marquage textile, le Direct-To-Film (DTF), Frézal et BGA Diffusion assurant la distribution de ses produits.  

Avec ce nouveau périmètre, BGA Group tisse désormais sa toile de la région troyenne à Toulouse. Mais pour la suite de son expansion géographique, le groupe ne devrait cependant pas recourir à de nouvelles acquisitions. « Notre stratégie à court terme est de créer un réseau de partenaires qui opèrent dans l’installation de solutions et le support technique. Nous sommes déjà présents à Bordeaux, Marseille et Lille. Nous cherchons désormais à nous implanter dans la région Est, en Rhône-Alpes et en Bretagne  », détaille Daniel Dumas, vice-président de BGA Group. En attendant de conquérir de nouvelles régions dans les mois qui viennent, BGA s’inscrit dans l’actualité du moment en proposant des solutions DTF. 

DANS LA TENDANCE AVEC LE DTF

DTF : l’acronyme résonne dans toutes les têtes depuis quelques mois. Il est vrai que cette nouvelle technologie d’impression textile semble séduisante sur le papier. Le DTF supprime le prétraitement et l’échenillage, s’adapte à tout type de matières et de couleurs, et offre un rendu plus que satisfaisant. En somme, le DTF représente une concurrence sérieuse pour les autres techniques de marquage textile. 

BGA s’y intéresse depuis plusieurs mois. Après avoir mené des tests en important différentes machines depuis la Chine, l’entreprise se laisse convaincre par les bénéfices du DTF. Elle lance dans la foulée l’entité NSP-DTF avec deux modèles,  en 30 et 60 cm de large. Une première machine a été livrée chez un client pilote en mars 2021 et, depuis, les commandes déferlent. A date, une cinquantaine de machines DTF ont été installées par BGA Group. 

Le DTF possède toutefois quelques limites. Le blanc y est un peu moins couvrant qu’en sérigraphie par exemple. Autre inconvénient : la qualité parfois aléatoire des machines, qui proviennent exclusivement de fabricants chinois. Pour maintenir un fort degré d’exigence, BGA Group se fixe donc un cap. « Nous sommes sollicités tous les jours pour acquérir des machines DTF. Notre premier objectif est donc de qualifier au maximum nos fournisseurs et d’organiser un contrôle qualité en Chine, pour être certain que l’on nous livre toujours les mêmes produits  », explique Daniel Dumas. Pour les consommables, le DTF dépend moins des propositions chinoises. La poudre et les films peuvent être sourcés en Europe, et des encres américaines seront lancées sous peu.  

En attendant des machines DTF made in Europe, les délais de livraison depuis la Chine s’élèvent à 6 longues semaines. Sur les 12 machines attendues fin novembre par BGA, plus de la moitié sont déjà vendues. Le succès est total et, pour répondre aux demandes d’installation, le groupe compte sur son nouveau réseau de techniciens partenaires. L’objectif est clair  : devenir un distributeur incontournable de la technologie DTF sur le marché français. Le salon C!Print de février prochain sera l’occasion de le démontrer. 

C!PRINT EN LIGNE DE MIRE

L’ensemble des entités de BGA Group vous donne rendez-vous à Lyon du 1er au 3 février 2022  : Frézal Numérique Diffusion (stand 2L04), BGA Diffusion (stand 2M04) et NSP-DTF (stand 2L02). Le DTF sera donc à l’honneur sur les trois espacesmais pas seulement. «Nous présenterons bien entendu nos solutions DTF, mais ce ne seront peut-être pas les mêmes modèles qu’aujourd’hui, car tout va très vite sur ce marché. Les choses évoluent aussi dans le DTG, avec nos fournisseurs Epson et Brother, qui tendent vers des solutions plus imposantes. Et nous ferons également un focus sur la broderie avec Barudan et Brothercar c’est le cœur de métier de BGA Diffusion»conclut Daniel Dumas.   

 

Source des visuels : BGA Group, Bertrand Genevi